Ainsi est né El Gara

« Le Boucheron. — Le 30 mars 1908, le colonel Branlière recevait l'ordre de pacifier et d'organiser le territoire des M'dakra, en y rétablissant les conditions normales de prospérité. L'emplacement choisi par le général, dans ce but, est situé au point où l'Oued Aceïla entaille la falaise du plateau supérieur pour entrer dans la plaine du Tirs. Cet oued, qui naît aux environs du M'quarto, arrose en amont du camp une large et riche vallée, de faciles communications avec la plaine fertile des Achach. Les plateaux situés au Nord du camp constituent les plus riches domaines des tribus M'dakra. Eu somme, c'était au centre même de la partie fertile de ces territoires que le poste s'installait, à pied d'oeuvre, pour protéger les travaux agricoles des tribus insoumises, ou interdire ceux des dissidents. Les troupes constituant le D. R. M (Détachement régional des M'dakra.).. comprenaient au début : un effectif d'environ 100 officiers, 2,900 hommes et 800 chevaux ou mulets.
Le noyau du poste était constitué par le camp du Boucheron proprement dit, ouvrage rectangulaire créé de toutes pièces sur la rive gauche de l'Oued Aceïla, près du bordj Dar-Bou-Azza-Ould-Chouïrfa.
Trois ouvrages annexes en complétaient les défenses sur les hauteurs les plus voisines, savoir : la Gara des M'dakra (rive droite), le fort Sylvestre et le bordj Bou- Azza-ben-Sliman (rive gauche). Plus tard, pour répondre à, des nécessités militaires
diverses, de nouveaux postes annexes étaient créés, à savoir : 1 ° Dar-Miloudi à 3 kilomètres 500 de l'Oued Aïata ; 2° fort Rumeau, à 2 kilomètres Nord-Est de la Gara ; 3°fort Youlas , au mamelon des Quatre-Oliviers, près du passage de l'Oued Zamren par la piste conduisant à Berighit ; 4° Fort Giirgens , situé sur le plateau de la rive droite de l'Oued Zamren, peu en aval du confluent de l'Oued el-Ateuch, à proximité d'une bonne source (Aïn-Oum- Knabech) ;5° Le fort du 8-Mars, créé en face du ravin où s'était terminé le combat livré à cette date, remplissait le même rôle vis-à-vis du plateau de Sidi-Aceïla;
Les troupes logeaient sous la grande tente. Des abris avaient été établis pour les magasins, des maisons en pierre édifiées pour le payeur, l'infirmerie indigène et les locaux
disciplinaires. Dans les ouvrages annexes, le logement et les défenses était organisés de façon analogue. L'abreuvoir et l'eau de lavage étaient assurés par l'Oued Aceïla, ruisselet d'un mètre seulement de large, mais qui ne tarit pas. Des puits, avec/abords protégés, fournissaient l'eau potable.
Des jardins, un lavoir, un pont de bois sur l'oued, un abattoir avec accessoires, un parc aux boeufs, un cimetière complétaient l'organisation du poste. Enfin, un puits était foré et l'eau obtenue à l'intérieur même du camp
De bonnes pistes mettaient le D. R. M. en communi-cation avec Mediouna, Ber-Rechid, Kasbah-ben-Ahmed et Camp Boulhaut. La télégraphie électrique par fils
reliait le poste à Casablanca par Ber-Rechid, et à Camp Boulhaut par les forts Youlas et Gtirgens ; de plus, un fil téléphonique était adjoint à la première ligne. Par l'optique, le poste de la Gara communiquait avec Merchich (près Mediouna), ».

Le 21 Mars 1921 , l’’Etat français (domaine privé) représenté par Mr Benoist, chef du bataillon du génie, a procédé à l’immatriculation de cinq propriétés aux quelles il a donné les noms qui suivent :
1°) « Boucheron N °1 » : propriété constitué en terrain bâti, d’une superficie de 17 hectares, qui lui est vendue par Bouazza ben Hamou ben Chouirfa et consort. La dite propriété est limitée au Nord par la proprieté de Mr Faber et de Mohamed ben Jillali ; à l’’Est par Bouazza et Mohamed ben Chouirfa ; à l’Ouest par Mohamed ben Chouirfa ; au Sud par Bouazza ben Chouirfa et Mohamed ben Jillali
2° ) « Boucheron N °2 » : propriété d’une superficie de 750 mètres carrés, qui lui est vendue par Mohamed ben Bouchaib La dite propriété est limitée au Nord; à l’’Est; à l’Ouest; au Sud par les proprietés de Mohamed ben Chouirfa et Bouchaib ben Kenza.
3°) « Boucheron N °3 » : propriété d’une superficie de 1 hectare et 44 ares, qui lui est vendue par Lahcen ben Mohamed Belhaj. La dite propriété est limitée au Nord par Thollon et Cornis ; à l’’Est; à l’Ouest; au Sud par Lahcen Ben Hadj.
4°) « Boucheron N °4 » : propriété d’une superficie de 5 hectares, qui lui est vendue par Hadj Hachemi ben Mohamed El Madkouri E l Attmani et Lahcen ben Mohamed Es Sabbahi et Attmani. La dite propriété est limitée au Nord par la route Boucheron à Ben Ahmed; à l’’Est et au Sud par Lahcen Ben Hadj ; à l’Ouest par l’Etat Cherifien ( domaine privé).
4°) « Boucheron N °5 » : propriété d’une superficie de 22 hectares, qui lui est vendue par Mohamed ben Azzouz Es Sabbahi. La dite propriété est limitée au Nord et à l’Est par une piste et la propriété du Cheikh SI Taybi, celle Mohmed ben Mira et Mohamed Belaassri, celle de Mohmed ben Rahal et celle de Habbou ould Cheikh ;au Sud par Hamou Bel Hadj ; à l’Ouest par Larbi ben El Alem et Cheikh ben Taybi .

EL GARA

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site