l'histoire des Mdakra

INTRODUCTION

Lors de la conquête arabe, les tribus et les dynasties arabes sont venues peupler la Chaouia, au détriment des tribus autochtones. Les Bédouins « Banu Hilal », ancêtres des Makris actuels, furent implantés du règne des Mérinides.

C'est tout ce que nous avions à propos de l'histoire des Mdakra jusqu'à ce que des recherches approfondies (grâce surtout à Monsieur jilali Tahir notre documentaliste de Berrechid), nous ont permis de tomber sur un trésors d'informations sur l'histoire de cette tribu qui peuple la région d'El Gara..les vérités qui vont suivre risquent de choquer certains , de mettre en colère d'autres mais dans l'ensemble elles vont émerveiller tout le monde..En effet les pages que vous allez consulter renferment des faits historiques et des évènements que la quasi majorité ignore , ce qui les rend intéressantes puisqu'elles vont nous permettre de connaître nos origines , de se faire une idée sur la manière de vivre de nos ancêtres et de nous réconcilier avec notre passé (ce passé qui nous faisait défaut puisque tout simplement nous l'ignorions)..Je tiens à préciser que ce que vous allez apprendre a été rédigé il y a plus de 100 ans par des historiens et des chercheurs Français indépendants ce qui rend le contenu assez brut et ,dans plusieurs passages, dur à assimiler; chose tout à fait normale puisque la neutralité et l'objectivité de ce récit ne laisse aucune place ni aux sentiments ni à la fierté d'appartenance à un groupe ethnique qui risquerait de flouer la vérité..De notre coté, nous avons essayé de travailler ces informations avec la plus grande objectivité et sans commentaires de notre part ;ce qui a rendu notre travail très difficile car nous avons décidé d'accepter ces vérités historiques (trahisons, soumissions, origines juives de certains, etc...) telles qu'elles sont et de les transmettre à nos lecteurs sans aucune intervention de notre part (sauf celle qui ont rapport avec l'organisation, la clarification de certaines zones d'ombre et la correction orthographique de certaines applications ou noms arabes)..Nous vous proposons donc le fruit de longues recherches et d'un travail acharné qui nous a coûté beaucoup de temps et d'efforts pour la simple raison qu'une communauté qui ignore son passé ne peut pas aller loin puisqu'elle sera condamnée à répéter ses erreurs éternellement..Bonne lecture à tous..

                                                                                 FAKHR-EDDINE BOUZID

 

 

 

INDEX :

Introduction.........................................................................................................................Page 1

le pays des Mdakra (frontières, relief, eau, sous-sol...).....................................................Page 2

les origines des Mdakra.................................................................................................Page 3

l'histoire des Mdakra (histoire , résistance , Qasbas...)...................................................Page 4

                                   (habitat , familles , "Soff", notables , chorfas ...)............................Page 5

                                   (organisation administrative , magistrature musulmane)....................Page 6

 

N.B:Si vous êtes Medkouris d'origines,vous trouveriez,sans doute,votre tribu et même votre "fakhda" ainsi que des informations sur votre région.Vous pourriez même tomber sur le nom de votre famille (à condition qu'elle fasse partie des grandes familles des Mdakra).Lisez bien et surtout lisez tout et vous ne serez pas déçus.Merci

 

 Sources:la plupart des faits historiques sont extraits du livre "casablanca et les chaouias" publié au début du 20ème siécle..

 

LE PAYS DES MDAKRA

Les mdakra et Ouled Ali forment deux tribus distinctes administrativement, mais juxtaposées comme territoires et confondues à quelques égards par leurs antécédents de l'époque makhzen..la première est en partie berbère et en partie arabe, et la deuxième est presque entièrement arabe.Elles fournissent un exemple des groupements mixtes fréquents chez les tribus de la région Chaouia..le mélange des éléments dissemblables qu'elles représentent a contribué à substituer la notion de territoire de Boucheron (appellation donnée par l'occupant français et que nous avons gardé par respect pour nos sources) à celle de leur territoire.
Ces deux tribus sont limitées au Nord par les Zyayda et Ouled Ziane; à l'Ouest par Ouled Hriz; à l'Est par les Airs; et au Sud par Mzab et l'Aachach.
L'ensemble du territoire dépendant de Boucheron s'étendait , du temps de l'occupation française, sur un superficie d'environ 70 000 hectares; il avait la forme d'un hexagone d'environ 20 kilomètres de coté, limité au Nord par le parallèle 37°,20 et au Sud par Mégarde, et dont les sommets Est et Ouest se trouvaient sur l'Oued Dalia à six kilomètres à l'Est de Gueltat Eddrib et à sidi Chahboun.
Au Sud, la plaine est légèrement ondulée et le pays était riche en grandes cultures.Au Nord, se trouve la montagne et la foret; on y pratiquait l'élevage; c'est une région de moyenne culture ou la terre est rouge et porte le nom de "hamri".
Les  Ouled sebbah, fraction (fakhda) des Mdakra, ont tout leur territoire dans la plaine de chaouia: leurs terres sont excessivement fertiles et leurs cultures très développées.Les terrains de parcours y sont rares; c'est pourquoi, pendant l'hiver, les troupeaux étaient envoyés dans les tribus voisines des Mediouna, des Ahlaf et des Mellila.
Quant aux Ahlaf et aux Mellila, autres fractions des Mdakra, et aux ouled ali, leur pays s'étend en partie sur les pentes des plateaux qui entourent la région de chaouia, et en partie dans la plaine montagneuse qui se trouve au delà de l'Oued zamrane.Sur la rive gauche de cette rivière on remarque les mêmes cultures que dans la plaine; sur la rive droite le terrain est en grande partie boisé ou couvert de broussailles.Il en résultait un mouvement de va-et-vient de la population, qui, pendant l'hiver, conduisait les troupeaux pleurer dans la montagne et , pendant l'été, revenait aux contraires occuper les terrains de labour.
la population était , et l'est toujours, plus dense dans le "tirss", ou elle vivait à l'état sédentaire. C'était le cas des Ouled sebbah et des ouled ali; les Mellila et les Ahlaf étaient semi-nomades et passaient environ quatre mois d'hiver dans la foret .La densité moyenne dans cette région était de 25 habitants au kilomètre carré..

L'EAU

Le territoire de Boucheron (el gara) est traversé à peu près en son milieu, du N-O au S-E, par l'Oued Zamrane qui passe chez les Ahlaf et les Mellila. Le "katteds" et l'oued "Daha" traversent les Ahlaf, le second est un affluent de gauche du oued "Neffifikh".L'oued el Maleh, qui passe chez les Ouled ali, arrose les Mellila; oued Laatach, l'un de ses affluents de droite, et l'oued Dalia traversent aussi le territoire de cette dernière tribu.Des barrages praticables se ramarquaient en outre (et pour certains encore de nos jours) chez les Ouled Sebbah sur l'oued Ayada et l'oued Bouassila (tari aujourd'hui au niveau d'el gara et ne se manifeste plus que l'hiver pendant les periodes de fortes précipitations, comme d'autres cours d'eau de la région).
On trouvait dans la région un grand nombre de sources, d'abreuvoirs et de bassins aménagés (beaucoup d'entre eux sont aujourd'hui disparus) :
-Chez les Ahlaf: Lahjiba, Bou chemai, Daya, Brida, Kembaa, el-Gouali, et Boutha.
-Chez les Mellila: ain Oumm Knabech, Kersou, ..etc...
-Chez les Ouled Ali: Mkoun, BelKhadda, Ziouana, Hlailifa, el-Gheida, et Refakha.
Quant aux puits non aménagés ils étaient assez nombreux pourqu'on les cite tous, nous nous contentons donc de citer leurs nombres:
-Chez les Ouled Sebbah, il y avait 100 puits à peu près.
-Chez les Mellila, il y'en avaient une trentaine..
-Chez les Ahlaf, pareil une trentaine aussi.
-Chez les Ouled Ali, il n'y'en avait qu'une vingtaine.

LE SOUS-SOL

Argile: les gisements d'argile étaient et le sont toujours d'ailleurs, rares.On en rencontre quelques uns chez les Ouled Sebbah; et c'est du coté de braighit que s'approvisionnaient les Ahlaf, les mellila et les Ouled Ali.
Pierre: la pierre à chaux existe en grande quantité; on la trouve presque partout chez les ouled sebbah, à Maggouss chez les ahlaf, à Toualaa chez les Mellila et au village des ouled ben Smain chez les ouled Ali.
Par contre, on n'avait encore découvert en 1913 ni pierre à platre, ni pierre à ciment.Quant à la pierre à batir et aux pierres pour ballast ou encaillassement, on les trouvait en abondance aux points ci dessous, ainsi que le sable:
-Chez les Ouled sebbah: il y avait ,en abondance, des pierres à batir dans l'oued Bouassila; des pierres pour ballast et encaillassement à Bir Echaoui et du sable dans l'oued ayada et djebib.
-Chez les ahlaf: il y avait des pierres pour ballast et encaillassement à Tlifa et du sable à oued Zamrane.
-Chez les Mellila: il y avait des pierres à batir à Toualaa, des pierres pour ballast et d'encaillassement à Toualaa aussi et du sable dans l'oued el-Malah.
-Chez les ouled Ali: il y avait à Lahjiba des pierres à batir, pour ballast et pour encaillassement.

 

LES ORIGINES DES MDAKRA

la tribu des Mdakra était à l'origine, formée d'un élèment berbère représenté par la fraction des Mellila et d'un élément arabe représenté par celles des Ahlaf et des Ouled sebbah..
les Mellila appartiendraient, dans l'histoire ancienne, à la branche des Houara -par descendance de Meld, frère de Houar et fils d'Aurigh; ce dernier aurait laissé deux autres fils, à leur tour, auraient fondé des familles; mais les descendants des quatres fils d'Aurigh seraient tous connus sous le nom de Houara, parce que Houar plus celèbre que ses autres frères, était aussi leur ainé.Lors de la conquete musulmane, toutes les tribus portant le nom de Houara se trouvaient établies en tripolitaine, soit à demeure fixe ,soit à l'état nomade.De là elles passèrent en Tunisie; à la suite des luttes incessantes de l'histoire berbère, elles furent peu à peu refoulées vers l'ouest (Maroc notamment) et finirent par se disperser."Plusieurs endroits du Maghreb portent le nom de Houara, déclare Ibn Khaldoun, parce qu'ils sont habités par des fractions de cette tribu.Elles y font paitre des troupeaux de moutons; mais étant accablés d'impots elles ne montrent plus cette fierté et cette indépendance qui les distinguaient autrefois, quand leurs nombreux guerriers s'illustraient par des victoire.Dispersées maintenant et affaiblies, elles sont tombées dans l'avilissement et subissent ainsi les décrets du Tout-Puissant."

Quant aux Ahlaf, ils formaient une fraction de la tribu maaqilienne du meme nom établie au nord-est du Maroc.Ce peuple était formé de deux branches, les Amarna et les Mounbat -par descendances de Amran et de Mounba, frères germains, dont le père Manssour descendait de Mohammed, fils de maaqil.L'époque de l'arrivée des Ahlaf dans la Tamesna reste incertaine.
Aux Ahlaf se rattachaient les Sliman ben Nedji ben Omara qui, à l'époque d'Ibn khaldoun, parcouraient le désert avec leurs troupeaux, interceptaient les caravanes et attaquaient les bourgades du sahara.En existe-t-il encore chez les Ahlaf chaouia? C'est un point douteux..
Les auteurs arabes ne sont pas d'accord sur la provenance des Ouled sebbah.Suivant l'auteur de l'Istiqssa, cette tribu appartiendrait aux Riya, qui sont Hilaliens; elle ferait partie des ouled Akhdar, issus de Amar, petit fils de Riyah.D'après Ibn Khaldoun, il faudrait les classer dans la famille des Arabes Maaqil; il parait rationnel de ne pas distraire de cette famille une fraction qu'on devrait, en ce cas, regarder comme égarée dans une tribu étrangère.Les ouled sebahh seraient venus des bords de la Moulouia.

De leur coté, les ouled Ali, ont sans doute également une origine maaqilienne.Parents des Ahlaf, ils appartiennent vraisemblablement aux ouled Djelal, issus de Mohammed ben Maaqil, par Djelal frère de Manssour ben Mohammed ben Maaqil.

Il semble d'autre part ressortir que les Berbères Houara et les Arabes Maaqil ancetres des mdakra et des ouled ali ne soient pas les plus reculés des tribus actuelles: ils n'ont fait que se superposer à un groupement de Massmouda Beghouata, tribu de l'ancienne tamesna, regardée comme autochtone, et dont le nom a disparu au milieu du douzième siécle à la suite des persécutions Idrisite, Almoravide et Almohade. Cette disparition coincide avec l'apparition des Arabes au Maroc.
les ouled Salah, fraction des Mellila, de la tribu des Mdakra, peuvent etre considérés comme les descendants des Berghouata; on a lu plus haut comment certaines particularités de leur histoire avaient permis de les identifier avec eux. Ils passent pour descendre du "juif" salah ben Yaaqoub ben Ishaq ben Tarifa El Merghouiti El Maggoussi.On ne sauraient dire par quelles étapes sont passés ces divers groupements avant d'arriver au groupement actuel. D'après les habitants de la région, la tribu des Mdakra ne comprenait que quelques tentes il y a deux siécles environ; un boeuf suffisait à la Zerda de la tribu.Cette petite agglomeration, isolée dans la foret, s'est accrue depuis de plusieurs éléments étrangers: on y retrouve surtout des Doukkala, des Smaala, des Ouardigha, des ahl Tadla, des Ouled Hriz et autres, venus dans la foret pour se soustraire aux exigences ou aux représailles de leurs Qaids.Ces nouveaux venus ont fini par s'établir avec les Mdakra et par fusionner avec eux.


Voici en resumé les origines que s'attribuent les Mdakra actuels et des ouled Ali


Ouled Ali    :            Frères des Ouled Youssef, dans les ouled Hriz et comme tel apparentés
                                 avec les Dranna de la meme tribu..ils seraient venus du Tadla.
Ouled Sebbah :        (1) Athamna el Mzaraa : venus également des Ouled Hriz.
                              (2) Zbirat, Ouled Atiya et Ouled Faida : venus du Tadla.
                              (3) Ouled Qorra, Ouled Zidane, Maatga et Maaiz : originaires des
                                    Ourdigha.
Ahlaf        :             (1) Zgarna : venus du Tadla.
                              (2) Ouled Jhaich : venus de Tadla.
                              (3) Ouled Zaid : venus des Doukkala.
                              (4) Blidiyine : venus des Rouached de Zaer, des Zenata, et des 
                                    Ouled Ziyane.
                              (5) Mharga : venus des Ouled Ziyane et de la tribu des "Arab".
Mellila      :             (1) Ouled Salah : descendants du "juif" salah ben Yaaqoub ben Ishaq
                                     ben Tarifa el Merghouiti el Maggoussi.
                              (2) Tarch : venus des Smaala.
                              (3) Ouzzika et Khobiziyine : originaires des beni Meskine.

L'HISTOIRE DES MDAKRA

les Mdakra et Ouled Ali faisaient anciennement partie du groupe des Ouled Bou Atiya.
Ils occupaient ,il y a un peu plus de 200 ans, le Mgarto, le Ziou, et une partie de la tribu actuelle des Mzab.Au cours d'une guerre de partis entre les Ouled Bou rezq et les Ouled Bou Atiya, les Mdakra firent appel au groupe des Mzab.Cette alliance momentanée tourna au détriment des Mdakra.Les Mzab, dont la partie Est du territoire était tombée aux mains des Ahl Tadla, firent défection en pleine lutte et se jetèrent sur les Mdakra.Refoulés , ces derniers s'avancèrent à l'ouest du Mgarto, chassant à leur tour devant eux les ziyayda et les Ouled Ziyane, du groupement des Chehaouna.Depuis cette époque les Mdakra déclarent n'avoir jamais conclu d'alliance de tribu à tribu.
Sous le règne de Moulay Sliman, en 1805, les Mdakra et Ouled ali furent placés sous le commandement des Qaids des Ouled Hriz; le premier de ces qaids semble avoir été Bouchaib ben Othman, mais le plus connu est Griran, de son vrai nom Mohammed ben Abd El Khaleq el Halloufi el Hrizi.
Il est difficile de préciser l'époque à la quelle les Mdakra et Ouled Ali se sont affranchis de la domination des Berrechid.Toujours est-il qu'au dire de nos ancetres, cette domination ne s'étendait plus sous le règne de Moulay Abd El Rahman (1822-1959).
Le dernier qaid harizi qui ait gouverné les Mdakra semble avoir été Si Abd es Salam berrechid, à l'époque de Moulay abd El Aziz. Mais son autorité n'était reconnue que des Ouled ali et des Ouled Sebbah, qui occupaient la plaine "Moualine el wta"; elle ne put jamais s'étendre aux ahlaf, ni aux Mellila de la foret "moualine el Ghaba", qui figuraient pourtant dans le Dahir d'investiture.les ahlaf  et les Mellila étaient en pleine Siba; ils n'avaient pas de chef direct et chaque sous-fraction était commandée par l'un de ses membres.le Khalifa du qaid faisait d'assez fréquentes tournées dans la tribu, il était reçu froidement par les notables et à coup coups de pierres ou meme de fusil par la population.
les mdakra, et surtout les Moualine el Ghaba, avaient en effet conservé une certaine indépendance à l'égard du Makhzen.Lors de la proclamation d'Abd el Aziz ils firent acte de soumission comme tout les Chaouia, du moins en apparence; ils se hatèrent d'abandonner le Sultan, dès qu'ils eurent vent des relations qu'il avait avec les européens et des traités qu'il passait avec eux.
La foret des Mdakra devint alors le lieu de refuge de tous les mécontents: ouled hriz, Doukkala, Beni meskine et autres, fuyant la domination de si Abdessalam Berrechid et des autres.Mdakra et réfugiée vécurent dans l'anarchie; ils faisaient la police eux-memes, organisaient la Djaouka,etc...
Les Mdakra et Ouled Ali virent dans Moulay Hafid le libérateur du Maroc, le Moudjahid qui allait chasser les Français, délivrer le pays d'un sultan indigne et annuler les traités passés par lui avec les Européens; ils ne le proclamèrent cependant que sur la promesse solennelle, apportée par son cousin Moulay Rachid, de remplir ces engagements.

LA RESISTANCE :

Les Mdakra ont pris part à tous les combats livrés aux troupes françaises par les Chaouia. C'est la seule tribu qui ait pu résister jusqu'à la fin de la campagne militaire.Il a fallut former une colonne spéciale pour les réduire.D'un tempérament belliqueux, ils ont lutté avec la plus grande énergie, et soutenu contre les Français, sur le plateau des Rfakha, un des plus sanglants combats de la campagne française (28 février 1908).
Les Mdakra étaient divisés en quatre groupe, commandés chacun par un chef:
1°Ahlaf: El Ahmar ben Mansour..Porte-fanion (Moul el terrada):Ali bel-Hadj, khalifa des Ahlaf.
2°Ouled Sebbah: Abd el Kader ben farjia..Porte-fanion: Ali bel-Arabi.
3°Ouled Ali: El haj El Arbi Ould el Madkouria, ex qaid de la fraction..Porte-bannière: Cheikh Mhammed ben Amer.
4°Mellila: Cheikh El Haj El Mekki ben Bahloul.;Porte-fanion: Cheikh Ould Driss.
Le plus influent des chefs était El Ahmar ben Manssour qui se rallia à la cause de Moulay Hafid, au moment de l'arrivée dans la tribu de la mehalla de renforts, commandés par le qaid Omar Essektani.il ne fit sa soumission qu'en 1912, peu avant l'abdiction de Moulay Hafid.
Les Ouled Sebbah se soumirent les premiers; après eux les Ouled Ali et les Mellila.Enfin vers le mois de juillet 1908, les Ahlaf demandèrent à leur tour l'Amane à l'instigation du qaid Mohammed.
Les Mdakra sont toujours restés fidèles à leur parole.Ils ont fourni un contingent de 100 cavaliers à la mahalla de Moulay Abd El Aziz lors de sa marche contre Moulay Hafid.Après la défaite aziziste, l'agitation fomentée par Ben azzaoui resta sans effet chez eux.

LES QASBAS :

Il n'éxistait pas de Qasbas chez les Mdakra..On peut citer tout au plus les ruines de l'ancienne qasba de Maggous, chez les Ouled Salah, dans la fraction des Mellila; d'après la lègende locale, elle aurait été la demeure du juif Salah ben Yaaqoub ben ishaq ben tarifa Ettounssi el-Merghouiti el-maggoussi; on y retrouvait encore, à l'époque, un Hammam, une synagogue, etc...
Les ruines de Ain Mkoun, dans les mellila, passaient quelques fois pour portugaises; c'est un ancien poste Makhzen qui surveillait la route de Sidi ben slimane.
Chez les Ouled aissa, on remarquaient encore,à l'époque, un enclos fortifié, le Sour El-Hadj el-Mekki, dont dont la construction remontait à 20 ans environ, il a été bati par El Hadj el-Mekki ben Bahloul..Il passait pour etre hanté par des revenants et le propriétaire ne l'habitait plus.Un jour de grand combat avec les Français,non loin de ce Sour, les Mdakra subirent de grosses pertes et leurs morts furent enterrés dans l'enclos.Depuis lors, des ombres s'y promèneraient toutes les nuits et on y entendrait un bruit de ferraille et des gémissements lugubres (wallaho a3lam).

 

L'HABITAT:

Les Mdakra et ouled Ali Habitaient sous des tentes de poils de chèvre ou de chameau, de "flidj" ou de fibres d'asphodèles (berouag); les "nwail", huttes recouvertes de chaume (broumi), étaient nombreuses.les Riches, principalement les Qaids, habitaient eux des "biyout" entourés d'un mur (sour) en pisé (tabia) et situés au milieu d'un enclos (mrah), entouré lui-meme d'un mur également en pisé.La partie comprise entre les deux murs servait d'écurie (rouaa).la partie reservée à l'habitation renfermait des "biyout" avec parfois un "manzah"ou "massria", pièce au premier étage dominant la plaine.C'est là aussi que se trouvait la tente du chef de famille (moul al khaima), toujours gardée pieusement, pour la "baraka".Quand le chef de famille habitait en "bit", elle devenait la demeure du fils ainé ou du plus proche parent.si la famille est très nombreuse, des "nouail" garnissaient également l'enclos.
Les "douars":
-Avant l'occupation française , les douars étaient nombreux et affectaient une forme circulaire; les animaux étaient ramenés la nuit à l'intérieur par crainte des vols.
-Pendant l'occupation, les douars ou agglomérations de tentes étaient devenus assez rares.Les vols d'animaux n'étaient plus à craindre (grace aux couvres feux et multiples controles!!) et les mesures de précaution qu'on prenait autrefois étaient devenus inutiles; aussi les habitants s'étaient-ils installés avec leurs tentes sur l'emplacement de leurs terres.On ne rencontrait guère que des tentes isolées ou des groupements peu considérables.Cette constatation s'appliquait également, mais sur une moindre échelles, aux tribus de Ben Ahmed (Mzab et Aachach).
Les silos (mtamer..matmourate) étaient confiés, avant l'occupation, à la garde d'un "merras"; il n'en était plus de meme après l'occupation; les silos n'étaient plus gardés et se trouvaient ordinairement à proximité des tentes; seul le propriétaire en connaissait l'emplacement.Les Mdakra possedant des "biyout" avaient leurs silos dans le "mrah",à l'intérieur du mur d'enceinte.

 LES FAMILLES :

les grandes familles étaient nombreuses chez les Mdakra et Ouled ali..
On pouvait citer , chez les Ouled Ali par exemple, celle des Ouled el-Medkouria qui possèdait un dahir de Moulay Abdel-Aziz lui conférant le commandement de la tribu ; à citer également la famille du qadi el-Haj Mohammed ben Abdellah Ould el-Adlani, celle des Ouled el-Khiyat et celle des Ouled ben Smain.
Dans la fraction (fakhda) des Ouled Sebbah, on comptait les familles des Ouled Farjia, de Ali bel-Arbi, d'el-Haj bel-Haj, de Hammou bel-Haj, des Ouled Chouirfa, des Ouled Allal, de Si Taibi el Jabri, des Ouled mohammed ben Slimane, des Ouled Thami, des Ouled Retal et d'el-Maati ben Khallouk el faydi.
Les principales familles des Ahlaf étaient celles de : El-Ahmar ben Manssour, du Qaid Mohammed bel-Arbi, de Ali bel-Haj, d'el-Arbi ben Kaddour, des Ouled el-Khattab, de Ould Bouchaib bel-Ghazouani, d'el-Maati ould el-Baair, et de Si ben-Azza ben Charqi.
Chez les Mellila, on pouvait citer celles du Qaid el-Maati ben Tahar, d'el-Haj el mekki ben bahloul, des Ouled Bouazza ben mbarek, des Ouled el-Haj Lakbir ben Mostafa, des Ouled cheikh, des ouled Boucheta et des ouled Si Mohammed ben el-Arbi.

LES "SOFF":

Les ouled Sebbah formaient avec les ouled Ali le "Soff" des "moualine el Outa": ils étaient établis dans la plaine et avaient presque toujours reconnu l'autorité du Makhzen.
Les Mellila et les Ahlaf au contraire avaient toujours vécu dans l'indépendance; ils demeuraient dans la foret et constituaient le "soff" des "moualine el Ghaba".Ils prétendaient avoir toujours vécu en frères, jusqu'à l'époque de Moulay Abdel-Aziz, au moment de la "siba".Bien que formant un meme "soff", ils étaient devenus divisés : Ils s'approvisionnaient au meme marché (souk), et un jour de souk un mellili et un d'Ahlaf se prirent de querelle et le Mellili fut tué.Une guerre s'ensuivit entre les deux fakhda (fractions) au cours de la quelle les mellila furent battus et durent se replier au delà de la "Daya", en empiétant sur le territoire des ouled Ali.C'est depuis cette époque que date la création du souk "lakhmiss" (d'el Gara) par les Mellila.

LES NOTABLES :

Il n'y a plus actuellemnet ,et depuis l'occupation, d'assemblée de notables chez les Mdakra, ni chez les Ouled ali.Elles étaient autrefois assez fréquentes et avaient lieu au marabout de Sidi Ben Abid el-Kelkoula, non loin de "Dar" el-Ahmar ben manssour qui présidait la "Jamaa".A cette "Jamaa" , assistaient des délégations de toutes les "fakhdates" (fraction); elle portait le nom de "jamaate el Jouaneb".Elle se tenait à l'occasion de vols ou d'assassinats, organisait la "djaouka", combinait l'attaque des tribus voisines, etc...

LES CHORFAS :

Les chorfas étaient représentés par deux familles, les Ouled ben Smain et les Ouled Sidi Ahmed.
Les Ouled ben Smain possèdaient des dahirs de la dynastie alaouite de moulay Ismail àMoulay Abdel-aziz en passant par Sidi Mohammed ben Abdellah, Moulay Abderrahman, Sidi mohammed ben abderrahman, Moulay el-Hassan (deux dahirs) et Moulay abdel-Aziz..Les premiers dahirs présentaient des difficultés de lecture, l'encre (smaq) ayant pali avec l'age.Ces dahirs se répètaient l'un l'autre et les derniers ne faisaient que renouveler les prérogatives accordées aux chorfas des Ouled Smain par moulay Ismail.le dernier est du 6 joumada tani de l'année 1313 de l'hegire.

 

ORGANISATION ADMINISTRATIVE :

les mdakra formaient deux groupes; ceux de la plaine (moualine l'outa), parmi lesquels étaient compris les Ouled sebbah et Ouled Ali, et ceux de la foret (moualine el ghaba) qui se composaient des Ahlaf et des Mellila.

Commandement:

-A-Qaiadat Ouled Sebbah et ouled Ali: Qaid: abdel Kader ben el-Hadj el-Maati Ould Farjia.
                                                              Khalifa: Bouchaib Bel-hadj Salah.

Fractions et sous fractions:

*Zebirat: ...........................Rezazga Ouled Mhammed et Moualine Chouiref (120 tentes) dont le 
                                     Cheikh était El Arbi ben Haimeur.
                ..........................Chebanat (40 tentes) et dont le cheikh était El Arbi ben Djelloul.
*Ouled faida: ....................(50 tentes) et dont le cheikh ,à l'époque, était El Hadj el Arbi
                                      ben Hajjaj.
*Ouled atiya: ................... (127 tentes)...Cheikh: Miloudi ben Thami.
*Ouled Zidane: .................Ouled Siyed, Ouled Qassem et Ouled el Arer (533 tentes)..Cheikh:
                                      El maati ben ahmed ben Omar.
                          .............Ouled Yahia et Ouled Mira (54 tentes)..Cheikh: Mohammed ben
                                      Kabila.
*Ouled Qorra: .................Ouled Tahar (79 tentes)..Cheikh: Ben Qaddour ben mohammed.
                         ...............Ouled Bouchaib (71 tentes)..Cheikh: Jillali ben el-Maati Bouretal.

-B-Qaiadat Ahlaf:  Qaid: Mohammed Ould el Arbibel-Haj el-Hassan.
                              Khalifa: Ali bel-Haj el-Mekki.

Fractions et sous fractions:

*Ouled el Hassan: ............Meharga (142 tentes)..Cheikh: Salah ben Mohammed (dit Mkadem 
                                     Salah).
                              .........Blidiyine (70 tentes)..Cheikh: Bouazza ben Bouchaib.
                              .........Ouled Zaid (111 tentes)..Cheikh: Mohammed ben Aabbiya.
*Ouled Jhaych: .................Chaaybat (116 tentes)..Cheikh: Mohammed ben Hammou.
                          ..............Od Ahmed ben Charqi (131 tentes)..Cheikh: Ben daoud Ould 
                                      el-Arbi Abdel-Krim.
*Zgarna: ............................(160 tente) et dont le cheikh ,à l'époque, était Ben Daoud ben 
                                      Boucheta.

-C-Qaidat Mellila: Qaid : el-Maati ben Ettahar.
                             Khalifa : Mohammed Ould bouazza Mbarek (qui était en meme
                                            temps cheikh des Ouzzika et des Torch).

Fractions et sous fractions:

*Ouled Salah: ...................Ouled Moustafa, Ouled el-Haj et Hchalfa (248 tentes)..Cheikh:salah 
                                     Ould el-Alem.
*Ouled Aissa: ...................Moudniyine (59 tentes)..Cheikh: amer Ould Regda.
                        ................Ouled Aouda ,Ouled Aissa et Rouissat (139 tentes)..Cheikh: el-Haj 
                                     el-Mekki ben Bahloul.
*Ouzzika et torch: .........(296 tentes)..cheikh: Ould Bouazza ben Mbarek.
*Ouled Moussa: ...............(100 tentes)..Cheikh: Ould el Yamani.
*Khbiziyine: .....................(167 tentes)..Cheikh: el-Haj Driss.
*Ouled Ouhab: ................(59 tentes)...Cheikh: Abdel-kader ben ouahab.
*Maarga: ..........................(169 tentes)..Cheikh: el-Maati ben Khattab.
*Mezaraa: ........................Ouled el mghaili (219 tentes)..Cheikh: bouazza ben slimane.
                  ......................Ouled Chouirfa et jouaber (49 tentes)..Cheikh: si Taibi ben 
                                     Mohammed ben Kaddour.
                  ......................Ouled Azzouz (100 tentes)..cheikh: Omar ben Moussa.
*Athamna + krarma: ......(49 tentes)..Cheikh: Bouchaib ben el-Haj Smain.
*Ahlef: ..............................(76 tentes)..Cheikh: Mhammed ben Bouazza ben amer.
*Maiziyine: ......................(50 tentes)..Bouazza ben el-Haj smain.
*Dlalja+ Od Malek: .......(392 tentes)..Cheikh: Jilali ben el-Haj el-khiyat.
*Redadna + Od Brahim:  (200 tentes)..Cheikh: Bouazza Rbati.
*Ouled ghanem: ...............(297 tentes)..Cheikh: Mohammed Sghir ben Gharib.
*Derssa: ...........................(64 tentes)..Cheikh: Abdellah ould maghnia.
*Ouled ben Smain: ........(122 tentes)..Cheikh: Bouazza ben taibi.
*Ouled sidi Ahmed: .......(46 tentes)..Cheikh: Moulay driss ben mohammed.

MAGISTRATURE MUSULMANE:

Qadi: Si el haj mohammed ben abdellah..
Adel: Si mbarek ben Ahmed, des netifa (Naib du qadi pour ouled sebbah et Ahlaf).

-Ouled sebbah: les Adels, à l'époque ,étaient :si mohamed ben el-Haj, Si Aissa ben jilali
                                 et Si el-Maati ben mohammed ben sliman des Mzaraa.
-Ouled Ali:    Adels: Si mohammed ben el-Ouarrak, si Bouchaib ben Moghnia et si el-arbi
                                  ben ahmed.
-Ahlaf:          Adels: Si ali ben tahar, Si Bouchaib ben ahmed et si mohammed ben el-Arbi.
-Mellila:        Adels: Si abdesslam ben mohammed.

Commentaires (61)

1. Errassamy 28/10/2018

Bonjour à vous tous
À vos tous medkouris mon voisin et mon frère .el gara et el mdakra si vous les aimez c'est bien ,mais votre petite ville d'origine a besoin de vous et notamment les ceux qui sont un peu aises .venez investir ,faire des associations, des petits projets qui sont à votre niveau budgetaire et votre niveau aussi , créer même une petite opportunité qui favorable pour oueld lbelad qui peut mériter ,pousser vos connaissances à investir dans Petits projets .luttons tous contre le chômage ,tous pour le bien de la région et ensuite oui pour la nostalgie de gloire de nos ancêtres lors de la protectorat .
Merci pour l'amour déjà et oui pour des ameliorations

2. Abderrahman Cheikh 18/01/2018

Salam tout le monde! Je suis né à El Gara mais ma tribue s'appelle Lâ3tamna. Mon grand pere etait Cheikh et son pere etait Mqdem....Y' a t'il quelqu'un qui a des infos?
J'avais lu dans un livre ecrit par un sergenat Français que les MEdkouris etaient tres courageux et souvent même les Alaouis (La dysnastie() les craignaent à tel point qu'ils se marieait entre eux......
Bonne chance À tous

3. OUAZNI MOHAMMED 02/06/2014

slt tout le monde, je veux bien savoir des informations sur la famille OUAZNI, merci

4. mohcine el youssefi 07/08/2013

Bonjour je suis mohcine.el.youssefi de al.gara mon grand pere c est sidi al ghazouani a al bairat en face de logement caid al maki mon tribu c esi swaber a ziaida a cote de sid al marjani pres de tnin atouwalaa d origine madkourri mais mon pere etait enseignent du fikh c est pour cela il c est instale a ziaida mon grand pere maternel etait lui qui fait le moussem de sid al ghazouani son nom c est haj mohammed al haoudi al ghazouani j aime el gara mes.cousins sont tous la.bas a el gara et benslimane vive el gara je t aiiimeal gara

5. hassan benzidane (site web) 16/01/2013

Salut à tous les frères marocains et à tous les medkouriz j'adore Mdakra l origaine est bled des grands-parents, je suis né à Casablanca mais Mdakra et en particulier algara est Presiouse pour moi n'oubliez pas de superviseur de l'histoire à vaincre le colonialisme français où il avait de la résistance que le genéral Damada connu un leçon féroce ... les mouvais comportements que Gara connaissent pas a des fils et des filles, fonctionnaires sont invités à lutter contre le phénomène de la prostitution et de concentrer son développement.

6. Achraf kany (Facebook) 13/12/2012

Madkouri Origine Mais Née A casablanca Et j'adore l garaa Mon Grand père C l Kharazzze Il est Connu Labas ;)

7. el medkouri (site web) 30/11/2012

assalam les mdakras,
l auteur de l introduction nous dit (au detriment d autres tribus autochtones)
non mais je reve,vous etiez presents au moment des faits?! Ah, j ai oublie
vous l avez invente ou copie quelquepart,mais ibn khaldoun lui ,est bien passe par la pour nous apprendre que les Almohades (mouahidoun);
dynastie fonde par ali ibn toumert et abdelmoumen (rifains) vers la fin du
siecle,et regnant sur toute l afrique du nord jusqu au confin du mali,en passant par el andalous, ont fait appel aux beni hilal,frere en religion,tout en leur concedant le plateau de la chaouia car ils savaient que c etaient des pasteurs nomades et participant a leurs cotes a la bataille de Alarrac qui
donnera la victoire aux musulmans en espagne!!et si tu ne crois pas ibn khaldoun alors bernard lugan,francais et specialiste du maroc te le dira dans son livre( histoire du maroc)!!! les merinides, eux apres la fitna qui
s installera au maroc a cause de la perte d al andalous enverront des messagers aux saadeens et leurs concederont meme le pouvoir,chose
que tu ne peux trouver que dans l islam d antan,afin de chasser les portuguais et ainsi preserver le pays et l islam de l esclavagisme chretien!!!SINON POUR LE RESTE VOUS AVEZ FAIT UN TRAVAIL REMARQUABLE, FELICITATION ET UN GRAND MERCI A TOUTE
L EQUIPE!!!EL MADKOURI DE L ALLEMAGNE!!!!

8. TARIQ (site web) 27/11/2012

les chaouias descendent tous des bni hilal,ils ont tous pour ancetres communs Riah,ou ibn zeyd al hilali ou bien abou atiya !c est les berberes
almouahidoun de la tribu de masmouda fonde par ali ibn toumert et abdelmoumen qui font appel a leurs freres musulmans les bni hilal vers l an
1140 pour les aider en espagne andalouss dans la bataille de los alarcos
al arak en arabe!!ensuite pour les recompenser ils les ont installes dans la
chaouia!!les berberes beni merine feront de meme 3 siecle plus tard en appelant les saadeens qui reprendront agdir et essaouira aux portuguais asila aux espagnoles qui arreteront les turcs a maghnia algerie et qui vaincront la coalition espano-portuaise en 1578 oued el makhazine ou bataille des 3 rois!SVP FAITES DES RECHERCHES VOUS MEME ET NE CROYEZ PAS AUTOMATIQUEMENT CE QUE VOUS LISEZ!

9. jannat khalid (site web) 11/09/2012

vive mdakra o nas mdakra me3akom jannat khalid weld haj jilali men jem3et melila

10. mOHAMED OUKED SLIMANE OULED BOAAZA BEN HAMOU 06/08/2012

M'Dkouri d'origine Ouled J'haysh.
Actuellemnt aux USA. j'aime GARA, cite d'amour et patience.
Dima, Dima M'dkouri.

11. said jamal 26/07/2012

j aimerai bien savoir l histoire des mdakras non la glorieuse mais celle qui nous renseigne sur la relation des mdakras traitres avec les colons francais comment ces derniers ont pu acquerir la majorite des terres au lieu de se venter de l appartenance a ces tribus

12. aboalbadre (site web) 09/07/2012

si vous voulez partager avec nous les projet de lamdakra vrai
venez voir qques chose importantes à www.tafrante.org

13. Saida Madkouriya 29/06/2012

Salam, je suis Saida Madkouriya , "les Femmes madkouriyat" , Ou êtes vous? Vive la Femme madkouria

14. taib ibrahim 17/04/2012

salut tout le monde je sius madkouri de 3ain mkoun awlad malak a coté de gara dima mdakra

15. EL MOKHTAR MEZYAN 26/03/2012

Bonjour à tous les marocains et en particuliers les MDAKRA.
chaque personne reste attaché à ses racines quelques soientt les
mutations qu'elle peut subir.
la ville d'EL GARA même sa simplicité et l'ignorance totale des responsables locaux représente pour mois un éffet attractif sans pareil.
je veux que ma ville natale soit proprebien infrastructurée,avec de la verdure,
des jardins pour les enfants.
Helas ,il ya malheureusement une grande différence entre vouloir et pouvoir,
mais soyons optimistes,un jour J cette ville pourra être dotée de tout ce qu'il lui manque.
Les MEDKOURIS doivent mettre main dans la main pour hisser notre ville au haut niveau.

Mon gsm 0661901110







16. abdou 23/03/2012

bonjour tout le mande.je suis medkouri d'origine de dar kayd mekki.rigion de gara.j'aime dire: vive mdakra

17. MEZYAN EL MOKTAR 26/01/2012

la ville d'el gara n'a pas évolué depuis un bon moment
j'aimerai bien que les potentialités de la ville puissent
faire quelques choses
j'aiquitté cette ville depuis 1976 je suis un vrais medkouri.

18. mohamad ben jeloliwa jawebini 15/01/2012

moi c'est assad el babi moi jaime el gara aujourd'hui 1/2012 momtaza

19. MOHAMMED TOUAYL (MOHAMMED BEN SLIMAN BEN SLIMANE BEN HAMOU (site web) 05/09/2011

Je ne suis pas Du Gara, j'ai quite le Maroc tre, tres longtemp, je D'origine Marocain de nationalite Americaine, mais mon sang et mon coeur n'a pas coupe ce lien qui m'attache a notre bien aimee EL GARA. Mon pere et nee la bas ainsi que ma grande mere que jaime infinement. Ils sont d'origine de OULED jHAYSH REGION. Mon pere est ne apre l'assassina de son pere bEN HAMMOU ET IL A GRANDI AVEC ses oncle et tantes : Slima, Mohammed ....mon problem c'est que je connais rien sur l'histoir de mes grand parents Slimane ben L'arbi ben hammou, Mohammed ben Hammou.... Y a t'il (s) quelqu'1 dans ce monde qui connait l'histoire de la region de ouled JAYSH durant la periode du SIBA A Ouled Jhaych: .................Chaaybat DANS LE TEMP DU Cheikh: Mohammed ben Hammou.(MON GRAND-GRAND-GRAND PARENTS ou a web site ou je peux trouver ce sort d'infos. Je vous remercies et je vous aime tous de tout mon coeur.

20. hajar 02/07/2011

j'aime el gara c'est ma ville original

21. said jamal 17/06/2011

je suis medkourif
descandant des sarhan ouled haj hachmi je voudrais s avoir a qui appartenaient les terres de sogeta maintenent exploitees par par un colon plus atroce que les francais ould chaib et merci

Voir plus de commentaires
Ajouter un commentaire
 
EL GARA

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site