un peu , beaucoup , à la folie...

MERCI EL GARA

par fakhr-eddine Bouzid

 


qui dis el gara dis :


" jardat al caid "  , notre petit paradis ..notre terrain de jeu à presque tous...qui n'y a pas écorché un coude ou un genou ?..qui ne s'y est pas fais mal en tombant d'un de ces centaines d'arbres (que nous a laissé la France) ?
je vois encore tous ces étudiants qui y preparaient leurs examins , ces joueurs de foot en herbe dont est issu notre Alloudi national et tous ces promeneurs qui noyaient leurs ennuis et leurs oisivité dans la verdure triste sous ces arbres temoins du temps. oh que tu étais beau notre jardin avant que le désespoir des gens ne te donne la couleur du chagrin.. que tu étais calme avant que le bruit des coeurs brisés ne t'assourdisse de mille bourdonnements venus du fin fond du neant , ce neant que t'ont legué les riches proprietaires terriens qui ont volé l'ame de notre chère El Gara....

 
qui dis el gara dis :

 
" el motor " , notre piscine en plein air ...notre plage dont les vagues inéxistantes ont donné la mort à plusieurs de ces petits suffoquants de chaleur qui s'y rendaient pour chercher un peu de fraicheur pendant les longs et pénibles étés que connaissait El Gara. Moins de vingt metres carrés d'une eau impur pour des centaines d'enfants plus inconscients les uns que les autres du danger qui les guettait dans cet eau brunatre...oh notre bout d'hawai à nous..notre saint tropez garaoui que tu étais présent quand tout autre éspace de détente digne de ce nom n'etait éxistant. Tu résteras à jamais gravé dans nos coeurs et sur nos peaux que le veuillent ceux qui t'ont détruit ou pas.

 

 

 

qui dis el gara dis :

 

 

 

 

" el bouma " , au zellij fascinant venu tout droit d'andalousie..  plus que tout les monuments de la terre , elle était pour nous une mérveille et à nos yeux figés au milieu de nos petites faces d'explorateurs ,que nous étions, une curiosité . On touchait son carrelage au mille éclats sans vraiment savoir si c'étaient nos petites mains qui le touchaient ou si c'etaient nos coeurs pleins de reves et de fantaisies..C'était pour nous plusqu'une fontaine ou venaient ,chargés de leurs bidons en plastique, la majorité des villageois pour s'approvisionner en eau..c'était la Source de la vie et le coeur du village. on y réstait des heures durants jonchés sur le rebord de son petit bassin d'à peine deux mètres sur cinquante (cm) à discuter de tout et de rien , à échaffauder des plans éxtraordinaires pour des petites tetes ordinaires et à contempler les passants qui venaient de nulle part pour aller  nulle part..oh notre petite merveille que tu nous manque .à ta place , ils ont bati un café municipal mais ils ont détruit la plus belle chose d'el gara : son coeur qui faisait boum..boum..bouma

 

 

 

 

 

 

 

 

 

qui dis el gara dis :

 

 

"dar eddaw" , au centre de la place de la liberté, ce poste éléctrique était pour plusieurs générations une attraction pas comme les autres : cette tete de mort ,signe de danger, nous était une bizarrerie faite sur mesure pour nos petites cervelles avides de sensations fortes..on restait planté devant la porte du poste qui portait cette gravure et on imaginait plein de scénarios de ce qui pouvait se passait si on la franchissait..Ce cube vertical de pierres et de siment ,qu'était ce poste ,nous fascinait et faisait travailler à fond notre imagination commune. Le petit éspace vert qui était à coté avec sa cloture et son grand palmier au centre nous était intérdit mais nous appartenait quand meme , c'était à qui bravait l'intérdiction et enjambait la cloture pour ramasser quelques "blouhattes" tombées du palmier.les années ont passé et on a finit par détruire notre temple éléctrique et par raser le petit jardin qui nous faisaient tant rever..on s'est forcé de chasser leur souvenir en transformant la place en un rectangle muet de carrelage qu'on loue à l'occasion aux organisateurs d'expositions commerciales (qui payent souvent sous la table) comme si on voudrait vendre et revendre l'ame de cette place qui était le coeur de notre cité bien aimée.. 

 


qui dit el gara dit:

 


"souk lakhmiss" , ce monde a part qui sort du calme de notre petite ville une fois par semaine comme un deluge qui dévaste le silence qui regne sur le ciel des mdakras et qui couvre par ses flots bruillants les rues paisibles d 'el gara..olé olé c'est le jeudi..honnetes gens c'est le jeudi..venez..venez..ici est le coeur , ici est l'ame , ici est le pain quotidien de tous et de chacun..ici "lakhmiss" : une armée de gens et de marchandises qui se mellent et s'entremellent..des carosses à plein la vue ,des chariots qui sortent de nulle part et qui font la course aux voitures..olé olé c'est le souk ,avec ses tentes fanées , ses étalages pleins à craquer de couleurs , d'odeurs et de mouches..c'est le souk ,avec ses allées étroites , sa poussière magique ,et son balet incessant de "gouffas" et de cris..oh notre cher "khmiss" que tu est magique..que tu est beau..que tu es vivant...une fois par semaine tu nous ramenes des milliers de touristes , ces touristes du ventre sont là pour toi ..ces mdakras de tout les douars qui te font allègence quatre fois par mois et qui se sentent unis , solidaires et "ouled leblad"..ce sont tes enfants et les petits enfants de notre cher disparu souk de "chtaiba" qui a enfanté un lycée tant il a enseigné la vie à nos ancetres.ce sont tes enfants, oh mere nourricière, qui viennent par milliers te teter le sein..donnes leur la vie , donnes leur la santé et donne leur le courage ."souk lakhmiss ya souk lakhmiss lgara 3roussa ounta la3riss"

 

 

 

 

EL GARA

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site